Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 mai 2015 1 04 /05 /mai /2015 13:06

En dépit des intempéries continues qui ont accompagné le vernissage de l'exposition de VIRGINIE GOUBAND, "SOLEILS VIBRANTS," au Moulin de la Baysse, le public était au rendez-vous. Une centaine de personnes qui se sont attardées sans craindre l'humidité.

Annie Sedan, Conseillère Départementale du canton Isle -Loue- Auvézère et Maire d'Excideuil était présente au vernissage avec des membres du Conseil municipal en charge de la culture et de la communication, ainsi qu'Isabelle Pichelin, Directrice de l'Agence culturelle départementale Dordogne-Périgord.

La photographe, Virginie Gouband, le soir du vernissage à La Baysse.(photo L. J.)

La photographe, Virginie Gouband, le soir du vernissage à La Baysse.(photo L. J.)

La jeune photographe Virginie Gouband (juste vingt-huit ans) a su se laisser séduire par le charme du Moulin de la Baysse dont elle a intégré parfaitement tous les éléments qu'elle a mis en jeu avec ses propres créations.

Elle est partie de la Camera obscura mise en place en 2003 par un autre photographe Laurent MILLET.

Virginie Gouband a choisi d'étendre l'obscurité aux deux autres espaces du lieu(salle d'exposition et salle conviviale) en occultant toutes les ouvertures.

Comment dans ces conditions prétendre donner à voir une exposition?

Très simplement, en organisant une sorte de jeu avec les spectateurs, auxquels elle fournit des lampes frontales de spéléologues.

Dès lors le visiteur devient acteur et c'est lui qui va faire jaillir de l'ombre, grâce au mouvement de sa marche, les éléments créés par l'artiste, par la seule vertu de sa lampe frontale.

Et la lumière fut!

découverte des éléments de la première salle, celle de la camera obscura, qui présente "La pesée""(photo1 L.J et photo 2 D.D.L.T).)
découverte des éléments de la première salle, celle de la camera obscura, qui présente "La pesée""(photo1 L.J et photo 2 D.D.L.T).)

découverte des éléments de la première salle, celle de la camera obscura, qui présente "La pesée""(photo1 L.J et photo 2 D.D.L.T).)

Dans la camera obscura Virginie Gouband a installé "La Pesée", soit trois balances de précision qui donnent le poids des trois photographies quelle a prises (photos des écrans qui restituent l'image inversée du paysage). Et ce poids varie suivant l'humidité ambiante donnée par la présence de l'eau de la Loue qui coule sous le moulin.

A chacun d'en tirer un sens!

a la découverte du vortex sonore généré par l'eau de la Loue dans le grand aquarium.(photo L.J.)

a la découverte du vortex sonore généré par l'eau de la Loue dans le grand aquarium.(photo L.J.)

Dans le second espace (dit espace d'exposition) un grand aquarium recueille l'eau pompée dans la Loue qui génère un vortex. Celui-ci provoque l'oscillation d'un micro hydrophone dont le larsen varie en fonction de sa position par rapport à des enceintes. Le larsen fait écho au bouillonnement assourdissant de l'eau qui passe sous le moulin. Là encore l'artiste laisse le prospecteur- spéléologue libre de son interprétation.

Une visiteuse a évoqué le cri poignant de l'eau.

Un visiteur a parlé de cri primal.

"Dans le soleil les yeux", présenté dans la salle conviviale.(photos D.D.L.T.)
"Dans le soleil les yeux", présenté dans la salle conviviale.(photos D.D.L.T.)

"Dans le soleil les yeux", présenté dans la salle conviviale.(photos D.D.L.T.)

Le troisième espace du moulin, dit salle de convivialité, abrite l'installation "Dans le soleil les yeux", en l'occurrence un mobile qui supporte des lentilles photochromiques qui foncent à la lumière des halogènes, comme les verres de lunettes le font à la lumière du soleil.

En fait, là encore, c'est le spectateur qui, s'il est bon acteur, va tout déclencher par sa marche et par le truchement de sa lampe frontale. Les halogènes s'allument, éclairant les lentilles du mobile qui tourne sous l'impulsion d'un ventilateur. Puis les halogènes s'éteignant les lampes frontales donnent vie à un parterre de micro-billes de verre.

Les installations "La Pesée" et "Dans le soleil les yeux" ont été co-produites par le Palais de Tokyo. qui a exposé son travail dans le cadre du prix du Salon de Montrouge dont elle a été l'une des jeunes lauréates.

dans l'âtre de la cheminée, un étincelant "glacier".(photo D.L.L.T.)

dans l'âtre de la cheminée, un étincelant "glacier".(photo D.L.L.T.)

D'autres éléments que ceux qui sont cités dans cet article interviennent, que les explorateurs de la Baysse et de" Soleils vibrants" peuvent observer selon leur bon vouloir, en totale liberté.

A eux de faire vibrer ou non les Soleils!

Ce qui séduit dans le travail accompli à la Baysse par Virginie Gouband c'est la façon dont elle a su exploiter les données du lieu ( moulin, eau, lumière,

camera obscura) en les intégrant à ses créations, mettant en place un jeu d'échos, une vibration visuelle et sonore, variable suivant le visiteur.

Le travail de Virginie Gouband, riche et complexe,est aussi très poétique tout en alliant données artistiques et techniques.

Mais c'est bien là le propre des photographes, grands manipulateurs d'optique et d'illusions!

L'installation apparaît comme éminemment ludique et généreuse par la place qu'elle laisse au spectateur-acteur.

D.L.L.T.

L'exposition est visible jusqu'au 31 mai, tous les après-midi de 15h à 18h sauf le mercredi.

Echos de l'exposition" SOLEILS VIBRANTS "au Moulin de la Baysse (24160 Excideuil)
Echos de l'exposition" SOLEILS VIBRANTS "au Moulin de la Baysse (24160 Excideuil)
Echos de l'exposition" SOLEILS VIBRANTS "au Moulin de la Baysse (24160 Excideuil)
Echos de l'exposition" SOLEILS VIBRANTS "au Moulin de la Baysse (24160 Excideuil)
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Association Culturelle Excit'oeil
  • : Création contemporaine: spectacle vivant, arts visuels, musique, poésie, littérature,danse, évènements...
  • Contact

Recherche

Liens