Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juin 2021 6 19 /06 /juin /2021 15:04

 

L'oeuvre de Inna Maaimura est conséquente et suivie de près par l'Agence culturelle  départementale Dordogne-Périgord.

Excit'oeil qui à plusieurs reprises l'a accueilli au Moulin de la Baysse ou au Château d'Excideuil était présente au vernissage de ce jeudi 17 juin 2021.

 L'artiste poursuit sa recherche sur l'obscurité SKOTOS et sa" mise  en regard "du temps de l'histoire  de l'humanité avec le temps individuel de nos existences présentes interpelle le visiteur.

Nous vivons avec l'alternance et la coexistence de l'obscurité  de la  nuit et de la lumière du jour,de la bonne et de la mauvaise santé,  de la vie et de la mort, de l'obscurantisme de certaines périodes  humaines et de l'esprit" des Lumières", du  désespoir et de l'espoir.

Tout cela touche profondément notre sensibilité.

Obscurité et Lumière n'existent que l'une par rapport à l'autre, que l'une avec l'autre.

La visite des différents espaces aménagés au sein du centre culturel  fait vivre en direct l'expérience des deux éléments.

 

quatre seaux emplis de cendres.

quatre seaux emplis de cendres.

 

 On découvre d'abord le Vestibule avec une série des "photographicopies" LAUKI XURIA et la présence constante d' un quadrilatère blanc.

30 photocopies de photographies marouflées sur verre et encadrées 30 x 40 cm sont exposées (images de diverses sources de 2004 à 2020 dont  vidéo Lauki xuria, 2004)

vestibule
vestibule

vestibule

 On franchit un lourd rideau noir pour pénétrer dans le premier espace dont les murs sont recouverts d'immenses panneaux et toiles peintes, et dans lequel  rideaux noirs, volume de verre noir, acier, tubes acier, entreposes, tube fluo sont disposés.

 On traverse  le rideau noir qui ouvre  sur  une obscurité absolue, croit-on,  et pendant un certain temps l'oeil ne perçoit rien. Quelques éléments peu à peu se dessinent  de façon vague.  L'ensemble est assez oppressant et ne se laisse photographier qu'avec l'utilisation d'un flash.
Espace 1 les ténèbres  nous saisissent. Que cachent-elles?
Espace 1 les ténèbres  nous saisissent. Que cachent-elles?
Espace 1 les ténèbres  nous saisissent. Que cachent-elles?

Espace 1 les ténèbres nous saisissent. Que cachent-elles?

 On traverse d'autres rideaux noirs pour accéder à un espace 2 blanc aveuglant. Eblouissement. 

On découvre Quatratura, peinture de 140 X 140 cm, réalisée avec colle de peau, poudre de marbre, pigments et quatre miroirs convexes noirs et ronds, un volume de verre noir, acier, tubes d'acier, entreposes, une châsse de verre noir et acier, un tube fluo,19 projecteurs lumières.

Quadratura en bas latin est un terme emprunté à la géométrie  et qui désigne l'opération qui consiste à construire un carré équivalent à une aire donnée. 
Le dispositif apparaît très esthétique et le blanc éblouissant est tempéré par la présence de la châsse en particulier.  La lumière violente interroge tout autant que  les miroirs convexes, appelés aussi miroirs de sorcière qui permettent de voir l'ensemble d'un espace sans se déplacer et de jouer sur les perspectives.  On les retrouve dans les tableaux des peintres flamands du XVème siècle. .
espace 2 Violaine Bariller  coprésidente actuelle d'Excit'oeil devant Quadratura
espace 2 Violaine Bariller  coprésidente actuelle d'Excit'oeil devant Quadratura
espace 2 Violaine Bariller  coprésidente actuelle d'Excit'oeil devant Quadratura
espace 2 Violaine Bariller  coprésidente actuelle d'Excit'oeil devant Quadratura

espace 2 Violaine Bariller coprésidente actuelle d'Excit'oeil devant Quadratura

Avec l'espace 3 retour  à l'obscurité et découverte de

*"Le renard à neuf queues", constitué  d'un volume en bois peint et verre noir, et d'une peau de coyote renard. 

*d'un Texte résultant du collage mural d'un texte entier raturé, biffé, portant des  traces photocopiées ou tapuscrites, dont l'auteur  n'est  pas  communiqué.

*4 cadres sans titre verre noir/tissus

espace 3
espace 3
espace 3
espace 3

espace 3

Le passage de la grande lumière  à une nouvelle obscurité introduit le visiteur  dans un monde de signes écrits dont un très grand nombre est occulté, biffé. Pourquoi? Inna Maaimura aime  manipuler les mots  tout autant que la matière.
L'impression est très différente de celle éprouvée dans l'espace 1. Ce troisième espace est en fait  plus petit, plus confidentiel, comme une chambre où l'on se retire. Le  renard à neuf queues semble renvoyer à des légendes coréennes et japonaises  où il tient un rôle maléfique.
Il faut ensuite revenir sur ses pas  et retraverser les espaces déjà parcourus qui se perçoivent différemment.
En particulier l'Espace 1 si ténébreux révèle un  grand nombre de détails sur les panneaux peints, qui avaient été occultés lors du premier passage. On distingue les différentes  matières  et aussi la  couleur rouge.

 

second passage dans l'espace 1. Découverte du rouge et des matières.
second passage dans l'espace 1. Découverte du rouge et des matières.

second passage dans l'espace 1. Découverte du rouge et des matières.

Cette exposition-installation s'adresse vraiment à tout le monde si du moins on prend la peine de s'y attarder. 

Elle se poursuit jusqu'au 9 juillet 2021

De gauche à droite Pierre Ouzeau, Inna Maaimuira et Isabelle Murseau le soir du vernissage à l'espace culturel F. Mitterrand
De gauche à droite Pierre Ouzeau, Inna Maaimuira et Isabelle Murseau le soir du vernissage à l'espace culturel F. Mitterrand

De gauche à droite Pierre Ouzeau, Inna Maaimuira et Isabelle Murseau le soir du vernissage à l'espace culturel F. Mitterrand

texte et photos DLLT
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Association Culturelle Excit'oeil
  • : Création contemporaine: spectacle vivant, arts visuels, musique, poésie, littérature,danse, évènements...
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens